Traduction

lundi 27 octobre 2014

Le refus de la vaccination antigrippale obligatoire

Avec toutes ces campagnes pour inciter à la vaccination, comment ne pas trouver bizarre que les Etats, hôpitaux et même certains employeurs obligent leurs employés à se faire vacciner contre la grippe? Surtout depuis que l'on sait que la totalité des vaccins contiennent plus de saloperies qu'autre chose, l'Afrique en a bien fait les frais avec la propagation du SIDA sur le continent par le biais d'un vaccin contre l'hépatite. Pour avoir vu des gens tomber malades après leur "vaccination" contre la grippe, je me suis moi-même refusé à ces traitements car je tiens à ma santé et à ne pas finir autiste comme ces pauvres enfants que l'on bourre de poison médical à tout va!







Dans beaucoup d’hôpitaux, les infirmières qui refusent la vaccination obligatoire contre la grippe sont tenues de porter un masque pendant toute la saison de la grippe.
 
Commentaires de l’éditeur de «Health Impact News », 21 octobre 2014
 
Le mois dernier (septembre 2014), L’Association des Infirmières du Massachussetts  a déposé plainte contre l’hôpital « Brigham and Women » par rapport à une nouvelle politique qui exige, comme condition d’emploi, que les infirmières reçoivent le vaccin annuel contre la grippe.
 
Les infirmières ont bien entendu été critiquées par l’establishment médical. Elles ont été accusées de faire passer leurs propres intérêts avant les besoins des patients. Lynn Nicholas, présidente de l’Association Hospitalière du Massachussetts,a déclaré que les infirmières : « faisaient passer leurs petites préoccupations personnelles avant la sécurité et le bien-être des patients dont elles ont la charge, de leurs familles, des visiteurs, ainsi que de leurs collègues. »
 
Leurs petites préoccupations personnelles ? Vraiment ?
 
Lorsque des infirmières partout aux Etats-Unis et au Canada sont prêtes à sacrifier leurs emplois et leurs carrières pour échapper au vaccin antigrippal annuel, il est grand temps que l’opinion s’émeuve. C’est évidemment beaucoup plus qu’une petite préoccupation personnelle.
 
Trish Powers qui représente les infirmières « Brigham » à Boston a riposté par un commentaire publié dans le « Boston Globe » et intitulé : Les infirmières Brigham savent que le vaccin contre la grippe peut faire du mal. Quelques extraits des commentaires de Trish Powers :
 
Je suis fière de faire partie du groupe des infirmières de « l’hôpital Brigham and Women ». L’article du Globe de jeudi n’a pas expliqué la raison principale pour laquelle les infirmières Brigham se sont opposées à la politique de la vaccination obligatoire contre la grippe.
 
Le vaccin contre la grippe n’est efficace qu’à 59% et comporte des risques graves pour la santé qui ne sont pas communiqués aux personnes qui doivent se faire vacciner. Jusqu’en novembre 2013, le VAERS (le système fédéral américain d’enregistrement des effets secondaires vaccinaux) a reçu 93.000 rapports d’effets secondaires, hospitalisations; dommages de santé et décès à la suite de la vaccination contre la grippe. Ces rapports comprennent 1.080 décès, 8.888 hospitalisations et 1.811 handicaps.

Les infirmières sont beaucoup mieux informées de ces données que le grand public. Elles sont nombreuses à penser que la faible efficacité du vaccin ne vaut pas la prise de pareils risques. C’est quand même autre chose que de petites préoccupations personnelles. »
 
Pour prendre conscience du nombre de dommages de santé et de décès dus au vaccin contre la grippe pour lesquels le gouvernement américain a dû payer des dommages, voir : « Victimes dont la santé a été endommagée, ou personnes qui sont décédées à la suite du vaccin contre la grippe, et pour lesquelles le gouvernement Américain a dû verser des sommes de dédommagement
 
Médecins et infirmières menacés de perdre leur emploi s’ils critiquent le vaccin contre la grippe
 
 
 
Dans la vidéo ci-dessous, Julie Sterns, une infirmière qui pratique depuis 30 ans évoque les dommages de santé qu’elle a pu observer après la vaccination contre la grippe.
 
Elle parle de sa fille qui est aussi infirmière et qui, l’année dernière, était enceinte de son premier bébé. C’était le premier petit fils de la famille. Sa fille a été contrainte à recevoir le vaccin contre la grippe, comme condition au maintien de son emploi malgré le fait qu’elle était enceinte.
 
C’est peu de temps après avoir reçu le vaccin que sa fille a perdu son bébé. La notice du vaccin précise que la sécurité du vaccin n’a pas été testée pour les femmes enceintes.

Elle explique aussi de la manière dont d’excellents médecins et infirmières qui osent remettre en question la médecine officielle  perdent leur emploi et sont menacés de perdre leur pension s’ils parlent un peu trop. Elle leur demande de se lever et de dire toute la vérité.
 
La fraude du vaccin contre la grippe -  Un médecin et scientifique du gouvernement dénonce
 
 
 
Dans la vidéo ci-dessous, le Dr Mark Geier parle de la fraude à propos du vaccin contre la grippe. Le Dr Geier n’est PAS anti-vaccin. Il est docteur en médecine et possède un doctorat en génétique. Il a passé dix ans à travailler à l’Institut National de Santé publique. Il a aussi été professeur à l’Université John Hopkins en tant que généticien. Il est également l’auteur de 150 publications évaluées par les pairs.
 
Il a travaillé pendant plus de 30 ans sur les problèmes d’efficacité et de sécurité des vaccins. Il est l’un des quatre scientifiques qui ont travaillé pour remplacer le vaccin DTC (Diphtérie-Tétanos-Coqueluche), un vaccin qui rendait les enfants malades avec forte fièvre, par le vaccin DTaC qui est un vaccin plus épuré et qui provoque de la fièvre dans seulement 3% des cas.
 
Dans la vidéo, il explique que le vaccin contre la grippe provoque le Syndrome de Guillain-Barré., et que le vaccin n’est pas très efficace dans la prévention de la grippe. Il explique aussi que le CDC  ne se conforme pas à la loi sur les vaccins en exigeant des tests de sécurité à long terme pour le vaccin contre la grippe comme cela se fait pour les autres vaccins. Il est en effet impossible de tester ainsi un vaccin qui change chaque année. Donc, le vaccin contre la grippe est fondamentalement un vaccin expérimental qu’ils veulent administrer à 300 millions de personnes chaque année. Il n’existe pas non plus d’étude  qui démontrerait l’innocuité du vaccin chez une personne qui se ferait vacciner chaque année. Toutefois, le Dr Geier souligne que le CDC est aussi une entreprise de distribution de vaccins qui représente 300 millions de doses par an, alors que le nombre des vaccins pour l’enfance s’élève à seulement 20 millions.
 
Le Dr Geier poursuit en expliquant  qu’il n’est pas adéquat de vacciner contre la grippe parce que vous devez revacciner chaque année, contrairement aux maladies infectieuses de l’enfance, comme la variole pour lesquelles on ne vaccine qu’une seule fois. Le Dr Geier souligne combien il est ridicule de dépenser des milliards de dollars pour un vaccin qui, au mieux pourrait sauver 50 vies par an, alors qu’il y a des problèmes beaucoup plus graves susceptibles d’entraîner des décès et qui mériteraient ce genre de dépense.

Sources:

mercredi 1 octobre 2014

L'endettement - 4ème partie: Prise de conscience

Nous y sommes arrivés! Quoi dont? Hé bien la France a officiellement atteint les DEUX MILLES MILLARDS d'€uros de dette publique! Pour vous donner une idée, visualisez le compteur à droite du blog qui tourne en permanence, c'est DOUZE zéros de nouveau et ça ne s'arrêtera pas tant que nous continuons à rester vautrés devant la télé à râler! 
Une énorme partie de cette dette est sans aucun doute possible illégitime, mais l'Etat français continue bêtement à payer aux banquiers ces créances, car celles-ci ne sont certainement pas détenues par d'autres Etats, sinon comment expliquer que tous les pays du monde aient une dette publique? En attendant, nous payons pour les magouilles à tel point que la dette est le premier poste de dépense en France, comme je l'avais dit précédemment et ça commence sérieusement à sentir le roussi...




Que doivent faire les victimes du hold up ?


serrer la ceinture - france 

La mise en esclavage des français

Plus tragique, pour couvrir le service de la dette (+ de 45 milliards par an, juste pour couvrir le remboursement des intérêts) et les versements à l’UE (20 milliards par an),  l’augmentation sans cesse des impôts, envers les français et les entreprises nationales (PME/PMI) viennent de fait, directement alimenter les avoirs au sein de la BDF (et de la BCE), qui dans cette logique de la fuite accélérée liée à l’endettement, constitue une passoire. Mais cela ne se révélera clairement que lorsque l’effondrement monétaire sera effectif, et que l’on constatera (comme ces officiers allemands fraichement débarqués au lendemain de la reddition de la France, au siège de la BDF) que "la souterraine" est  complètement vide…

Une marge de manœuvre étroite : Alors que faire ?



1/ Déjà, à chacun d’éviter de jouer le jeu de remplir un puits sans fond en suant corps et âme pour … rien.

Quel intérêt y-a-t-il à alimenter par le fruit du travail un patrimoine qui échappe déjà au contrôle de l’État (moins souverain encore qu’il ne l’était déjà) et dont l’or finira (pour ce qu’il en reste) par quitter le territoire, au plus tard lors de l’effondrement monétaire et obligataire : en prévision de la situation sociale et politique que cela entraînera…

2/ Ensuite de bien comprendre et partager la connaissance…

Et notamment celle sur la monnaie, à l’instar de Mayer Amschel Rothschild qui la résume en 1 phrase : "Accordez moi le pouvoir de la création de la monnaie et je ne me soucierai pas de qui fait les lois"
Le minima pour une politique d’union nationale ? La maxime de Rothschild mais à l’envers : "Peu m’importe qui gouverne, pourvu qu’il interdise l’usure et tienne sa monnaie (et donc un oeil sur les usuriers et leurs suppôts) "

3/ Tenir compte des expériences passées.

De l’expérience de la Commune de Paris 1871, on doit faire preuve d’humilité et considérer qu’un très faible niveau de connaissance ne laisse de perspective d’affranchissement que de l’ordre de quelques semaines. L’expérience de l’Allemagne ou l’Italie des années 30, n’a laissée entrevoir que quelques années de souveraineté. Les expériences de Kadhafi (voulant recréer le dinar-or en Afrique), de Saddam Hussein (voulant vendre son pétrole contre d’autres devises que le dollar), ont vite été réglées par l’Empire, sans vergogne. On passe, sur les tentatives d’émancipation ici ou là,  par rapport à l’endettement, de quelques autres petites nations de l’ancien empire colonial…

petrodollar

Au bilan, les seuls états qui arrivent à s’émanciper durablement de la tutelle des banksters, sont ceux qui, pour des raisons géostratégiques, reçoivent l’appui d’autres protections (ex. Cuba par l’URSS, l’Iran par la Russie, la Corée du Nord par la Chine).
Les seules véritables souveraineté comme la Russie voire la Chine, l’obtienne par leur masse critique (militaire) et surtout l’autonomie/richesse en matière première et énergie.
On constate d’ailleurs les limites atteintes par la Chine en expansion, qui doit se positionner en Afrique, pour couvrir ses besoins. Également, les limites de son autonomie monétaire démontrée par sa propension frénétique à vouloir, depuis quelques années, transformer ses actifs en dollar par l’acquisition d’or physique. (Et on la comprend…)

PIB_1929-1939

Définir quelles ont été les stratégies économiques déterminantes pour sortir de la crise du début des années 30 en Europe ("la grande dépression")…

4/ Être créatif et pragmatique

Si comme par le passé, les stocks d’or de l’État sont à nouveau quasiment inexistants, il faudra alors envisager de compenser les échanges internationaux compromis par une monnaie dévaluée (dans un contexte où l’or s’est raréfié) par une solution alternative….
Dans ce cas, comme il paraît que la France est un des "greniers de l’Europe", pourquoi ne pas envisager une compensation en matière première (si elle s’avère pérenne) et sur laquelle même carrément évaluer la monnaie, au moins le temps de reconstituer des réserves en or et argent ?  On a bien vu le sucre, le riz et autres graines ou fruits secs jouer ce même rôle… Il faudra adapter le choix suivant la capacité de production et de conservation. Et pourquoi pas même un "panier de matières premières", comme on parle d’un "panier de devises"….

D’autant plus, si l’État n’est plus à même de couvrir toutes les dépendances et les besoins suscitées par des décennies "d’Etat providence" et de déstructuration des modèles naturels comme la famille, il faudra envisager d’encourager et retisser les liens traditionnels de la solidarité.

Pour fluidifier les échanges, envisager de permettre en outre l’utilisation de monnaies intrinsèques historiques tel l’or et l’argent physique (en contrôlant les frontières), les monnaies intrinsèques complémentaires (riz, sucre,…), mais pas les monnaies fiduciaires étrangères ("qui contrôle la monnaie, contrôle l’Etat"). Et favoriser le développement de marchés locaux et les initiatives individuelles ou collectives qui rentrent dans une démarche "bien orientée".

Et à contrario, être vigilant sur les tentatives de déstabilisation et de corruption : sociétés secrètes, infiltration, subversion, agressions territoriales,…

Interdire l’usure. La monnaie ne doit pas être bâtie sur de la dette. Les civilisations ancestrales et les grandes religions monothéistes se rejoignent toutes pour dénoncer ce que certaines considèrent être même le "plus grand pêché". Le don, les subventions, les prêts sans intérêt (tontine, prêts administratif, promesses de dette, créances, règlements différés, etc…) : de nombreuses alternatives existent… On ne peut pas exiger des intérêts qui n’existent pas, sauf à commencer par recréer un mécanisme de mise en esclavage par l’usurier… S’il y a paiement d’un service associé, il doit être indépendant de la somme allouée et correspond au coût d’une infrastructure et à un travail.


Le temps presse ?


La récente annonce officielle de Medvedev, invitant les russes à déserter les banques occidentales, annonce qu’un effondrement ne devrait plus tarder et le temps pour la prise de conscience réduit d’autant…

fin-de-lEuro

"Un bulletin d’information du Ministère des Affaires étrangères russe vient d’être envoyé à ses ambassades, aujourd’hui. [22/03/2013] Il conseille aux citoyens russes et aux entreprises, de commencer à retirer leurs actifs des banques occidentales et des institutions financières "immédiatement"/ "A Ministry of Foreign Affairs (MFA) “urgent bulletin” being sent to Embassies around the world today is advising both Russian citizens and companies to begin divesting their assets from Western banking and financial institutions “immediately” as Kremlin fears grow that both the European Union and United States are preparing for the largest theft of private wealth in modern history"

Alors quelle solution pour la France de demain ?


A partir du déclenchement du chaos, la France pourra être possiblement isolée et encore amoindrie militairement, sans autosuffisance en ressources énergétiques et minières (sauf une capacité agricole reconstructible). Comment pouvoir assurer après cette période, une souveraineté sans la garantie d’une force militaire dissuasive et des ressources mat/énergie limitées ? Indubitablement, il faudra des élites éclairées et s’émanciper des associateurs traitres qui fourmillent et qui sont les complices (ou les idiots utiles) de cette situation d’endettement final (1973, puis BCE) pierre d’achoppement de la destruction de la nation.


Aussi la seule connaissance monétaire sera insuffisante pour reconstruire durablement. Il faudra aller plus loin et ne plus tolérer les organisations secrètes et la subversion négative qui poussent les institutions et ses citoyens à la déliquescence et à l’abrutissement. Réintroduire la vertu (morale, l’honneur, compassion) comme pilier de la reconstruction. Ne pas tolérer ou tergiverser avec la perversion (le Bien/le Mal est finalement le vrai clivage fondamental : il est présent dans chaque groupe et dans chaque H/F, c’est une histoire de proportion et d’orientation) Et à défaut de richesse, on pourra espérer de l’entraide et la solidarité naturelle, émanant de cette prise de conscience, afin qu’elle puisse contrebalancer dans une moindre mesure…



Bruno_boulefkhad_debout_contre_les_banksters
Bruno Boulefkhad : 1 homme seul qui fait trembler la banque

Quant aux français, que devront-ils faire pendant et après le chaos ?


En quittant la société de consommation, riche en biens mais pauvre en conscience, il faudra tirer les enseignements et comprendre qu’un âge d’or n’est possible qu’en cultivant ce qui est essentiel dans la vie d’un homme ou d’une femme : apprendre à aimer.  L’amour est une richesse inépuisable même pour qui est dispendieux, qui ne subit pas l’inflation, non taxable, qui n’a pas besoin de coffre, qui enrichit d’autant celui qui donne, dont le retour sur investissement perdure au-delà, …  Il est à la base des relations sociales bien orientées qui se veulent harmonieuses et heureuses…

Également, de cultiver la sagesse et la connaissance.

Enfin, d’être attentif à la corruption et à la perversion pour ne pas à nouveau faire les frais de  l’influence de la vipère poussant à goûter au fruit défendu, constituant les prémices de la décadence…


Sources: