Traduction

jeudi 19 décembre 2013

Le traité transatlantique: vers un monde privatisé?

On sait déjà que les grandes multinationales bénéficient de certains "passes-droit" dans les pays où ils sont implantés: protections judiciaires, peines très très légères, lobbying intensifs et très faible imposition. En faisant fi de l'environnement, du traitement infligé à certains de ses salariés, elles se sont emparés d'un semblant de pouvoir, faisant la pluie et le beau temps où ça leur chante.




Mais ce pouvoir sera bientôt plus grand et bien réel, via le fameux "traité transatlantique", un accord de libre-échange économique et commercial entre les pays de l'Union €uropéenne et les Etats-Unis d'Amérique. Cet accord tenu au secret depuis bien longtemps (on en fait mention depuis les années 1990) permettrait aux States, du moins aux grosses entreprises, d'avoir plus d'influence dans l'U€, comme c'est déjà le cas avec les pays asiatiques, via l'accord de partenariat transpacifique. Le libéralisme sera de plus en plus standardisé et deviendra la norme économique entre les Etats signataires de cet accord. 

Cela rappelle bien évidemment ACTA (Accord Commercial Anti-Contrefaçon) et son successeur, le CETA (Accord Economique Commercial Global), où des hommes d'affaires privés veulent imposer leurs règles et leur façon de gérer l'économie à tous les pays du globe, en faisant fi des lois régissant les nations. Dans le cas du Traité transatlantique, ce pouvoir de contourner les lois sera non seulement bien réel, mais en plus légal! O_o 

Je m'explique: si un Etat signataire comme la France refuse par exemple l'implantation d'un McDo dans un beau coin de paysage ou si l'Espagne refuse qu'Areva exploite une petite mine d'or, ces entreprises PEUVENT poursuivre ces Etats au nom de l'intérêt économique par le biais d'un tribunal indépendant. J'ai parlé de tribunal indépendant? Car les tribunaux nationaux ne seront en aucun cas mêlées à ces affaires! Les articles de loi du futur traité transatlantique mettront en place des tribunaux indépendants de toute Justice nationale, mis en place exclusivement pour trancher les différents litiges entre les investisseurs ou grosses entreprises et les Etats mis en cause. 

Cela est déjà arrivé dans certains pays:

  • Au Salvador, le gouvernement avait refusé qu'une entreprise canadienne exploite ses mines d'or, non sans une certaine pression populaire. L'entreprise canadienne poursuit le Salvator en justice et réclame 315 millions de $ pour perte de profits futurs.
  •  En Argentine, le gouvernement a gelé les factures d'eau et d'électricité au vu des grosses factures réclamées par les entreprises privées gérant ces ressources. Celles-ci ont réclamé à l'Argentine 1 milliard de $ d'indemnités et ont eu gain de cause, car l'Argentine a eu l'outrecuidance d'aider son peuple.

Et bien d'autres encore, et cela arrivera chez nous et partout dans l'U€ si le traité passe. Et avec la pression exercée par la Commission €uropéenne (encore eux), il aura toutes ses chances d'être ratifié, car nulle question de faire un référendum, le peuple est bien trop stupide pour de tels accords, il ne comprendrait rien, faut laisser faire "la crème des humains, qui savent tout". Encore une fois, on a bien la preuve que la démocratie n'existe pas et que depuis l'instauration de cette U€, on vit dans un super-Etat dictatorial.

A quoi serviront nos tribunaux alors? A rien, car d'après la C€, ils ne sont pas assez impartiaux et n'offrent pas une protection aux entreprises. La C€ mettra donc en place ces fameux tribunaux indépendants où les juges seront des envoyés des multinationales où les Etats auront pratiquement 250% de "chance" de perdre les procès intentés par les entreprises, sans possibilité de faire appel! Et pas question de voir le petit peuple s'immiscer dans ces affaires, si Monsanto veut implanter des OGM, il le fera. Si Big Pharma veut commercialiser un néo-Mediator, il le fera sans que la France bronche. Si Total veut augmenter de 100% le prix de l'essence, il le fera tranquillement, c'est horrible! Et si untel veut procéder à une privatisation forcée des services de santé, il y a de grandes chances pour que ça passe, alors qu'à l'inverse, la nationalisation sera presque considérée comme illégale, donc exit l'idée de récupérer notre eau, nos autoroutes, nos services de télécommunications, voire même la Banque de France!

Au delà de disposer d'un fort pouvoir judiciaire, les entreprises pourront ainsi faire ce qu'ils auraient pu faire via le traité ACTA: imposer ses produits dans la vie de tous les jours, déposer des brevets pour absolument tout. Du coup, ce sont les artisans, les agriculteurs, ou même les petites entreprises de médicaments génériques qui devront soit s'adapter, soit couler, c'est cool ils ont le choix; de ce fait, on peut presque affirmer que les grosses boîtes auront la mainmise sur l'existant: les semences, animaux, toutes les ressources seront à elles, si elles usent bien des nouvelles lois du traité, car elles sont bien évidemment au dessus des lois nationales, au même titre que les lois des traités infâmes de Lisbonne, de Maastricht et de Rome.

Donc qu'est-ce que le peuple attend pour envahir les bâtiments de la Commission €uropéenne, pour prendre s'assaut l'Assemblée Nationale ou même l'Elysée? Il s'agit d'un sujet grave et ce qu'il en découlera si ce traité et ratifié: la privatisation des Etats longtemps prédite. Est-ce bien trop conspirationniste pour les petites gens affalés devant la TV?  

Sources:

lundi 16 décembre 2013

Un bulgare détruit sa maison car il ne pouvait plus payer l'hypothèque.

Sans âme et sans coeur, car ils ne jurent que par l'argent et la réussite personnelle, les banksters ont déjà mis à la rue plusieurs millions de personnes dans le monde pour défaut de paiement de leurs hypothèques en saisissant leurs maisons. Ce qui arrivera bientôt chez nous si des lois permettant à ces crapules de ramasser nos économies en ne faisant rien passent. 




Le site "les moutons enragés" a publié un article provenant du blog "Endoriot" traitant d'une famille bulgare de la ville de Lovech devant faire face à cette situation: renoncer à sa maison parce qu'il ne pouvait plus payer son hypothèque. Face à l'indifférence du directeur de la banque de la ville de Teteven qui avait laisser une semaine pour laisser la maison vacante, l'homme de la famille a décidé de détruire sa maison et de la livrer devant la banque, en morceaux, par camion, pour la remettre à son nouveau propriétaire. Vu que le terrain n'est pas inclus dans le contrat d'hypothèque, rien ne l'obligeait à laisser sa maison sur ledit terrain, une sacrée quenelle à l'égard du directeur qui a dû tirer une drôle de tête!

Bon, ça me fait un petit peu rire mais il s'agit là d'un malheur qui peut arriver à n'importe quelle personne soumise aux banques. Aux U.S.A., voir des milliers de familles perdre leur habitat est monnaie courante, surtout avec la "crise" de 2008, vu que la Federal Reserve Bank a permis aux citoyens américains de mettre leurs maisons en hypothèque afin de succomber aux délices du matérialisme mammonique.

Je rappelle que la Bulgarie est en passe d'entrer en zone €uro dans pas longtemps, par obligation (le seul billet de 5€ nouvellement imprimé contient la preuve de la future entrée de l'Etat bulgare), mais ce n'est définitivement pas le moment pour eux, les pays de l'Est étant gravement touchés par l'influence de la Troïka €uropéenne.

Source:

vendredi 13 décembre 2013

Les banques pourront ponctionner vos épargnes en cas de crise!

Les banques, c'est le loto: on ne sait jamais qui sera le prochain pays à être ruiné. Après le monumental vol bancaire en Chypre, et après l'annonce du F.M.I. de vouloir taxer les épargnants européens à hauteur de 10%, les représentants de l'U€ (et non pas les représentants du peuple européen, nuance!), ont établi un accord constitutionnellement illicite mais qu'importe: la banque a toujours raison.


Pour éviter que les Etats ne s'endettent davantage au moment où il faudra sauver les banques, alors qu'il est plus judicieux de les laisser couler, l'U€ met à contribution, et sans nous en parler, les épargnants, petits ou grands... L'accord, scellé le 11 décembre au nez et à la barbe du peuple encore une fois, consiste à autoriser les banques à couvrir ses éventuelles difficultés avec l'argent à sa disposition.
Qu'est-ce que ça veut dire en gros? Que dès Janvier 2016 (initialement 2018 mais la Banque Centrale €uropéenne en a décidé autrement), les banques pourront, en cas de crise grave, dont la faillite, se servir dans nos dépôts pour couvrir les éventuels trous, c'est ce qu'on appelle un "Bail-in". Aujourd'hui, ce sont les Etats et donc l'argent du contribuable qui servait à reboucher les plaies bancaires (le Bail-Out), c'est ce qui était arrivé au début de la "crise de 2008", les Etats €uropéens a dû prêter cet argent qu'ils ne reverront jamais aux banques qui approchaient de trop près le ravin financier, mais cette mesure ne sera appliquée qu'en cas de crise mineure...

Dans les DEUX cas, c'est notre argent qui y passe, et peu importe les gens en place, c'est toujours le peuple qui doit réparer les conneries volontaires des banksters! La dette illégitime qui doit être remboursée par la totalité des impôts sur le revenu; les sauvetages bancaires également faites avec notre argent, pourquoi? Parce que les Etats empruntent à d'autres banques justement pour en combler une autre, et cet emprunt sera bien entendu additionné à la dette susnommée... 

Et la question est: trouvez-vous ça normal? On traîne de force ce boulet de la dette depuis les guerres napoléoniennes et on trouve le moyen de nous priver d'une partie de notre patrimoine pour le compte de crapules qui ne savent pas gérer l'argent correctement. D'autant plus qu'on est pas à l'abri: les banques savent maintenant qu'en cas de faillite, bibi sera là pour réparer tout ça, donc ils en profiteront pour en faire toujours plus! Un engrenage interminable dans lequel il convient d'en sortir le plus vite possible! Surtout que 2016 est encore très proche, deux ans passent vite, et après le triste épisode chypriote, préparons-nous à voir nos liquidités disparaître en fumée à moins de sortir toutes ses économies des banques et de crier un bon coup!

Source:

jeudi 12 décembre 2013

SIDA: le virus a été créé en laboratoire.

Maintenant, ce n'est plus un secret pour personne: certaines maladies (pour ne pas dire la majorité) ont été créées artificiellement pour plusieurs raisons: vendre les vaccins à un prix ne défiant pas toute concurrence, puisque le géant Big Pharma a le quasi-monopole du marché médicamenteux; mais aussi et surtout pour procéder à une réduction de la population mondiale, du pur malthusianisme. Pour rappel, ce sont des gens comme le mafieux David Rockefeller qui prônent un contrôle et une réduction de la population à 500 millions ou maximum un milliard de personnes sur Terre, ça fait peur.
 
 
 
A l'instar des dernières grippes (aviaires et porcines), dont les vaccins rendaient encore plus malades qu'un atteint de la grippe de saison, il y a une autre maladie, bien connue de tous, qui ont poussé certaines personnes à enquêter sur sa véritable origine: le virus du SIDA.
Médiatisée dans les années 1980, ce virus n'est toujours pas éradiqué et c'est ce constat qui m'a poussé à me poser plusieurs questions: ce virus existe-i-il vraiment? Ce virus vient-il vraiment de la nature? 
 
Si le virus existe bel et bien, on ne peut plus, à ce jour, nier qu'il est issu de recherches en laboratoire, le SIDA n'est ni plus ni moins qu'une création humaine! Dans "Le blog des séropositifs en colère", un document provenant de la Librairie des archives du Sénat confirme et prouve que le virus du SIDA ne provient pas de l'Afrique mais du Département de la Défense des Etats-Unis! A en croire la traduction de ce document, le virus du SIDA n'est rien d'autre qu'une arme politico-éthnique destinée à l'extermination de la population "noire", toujours par pur malthusianisme.
 
Grâce aux nombreuses campagnes de vaccination survenues dans les années 1970 et avec le concours de l'Organisation Mondiale de la Santé, le virus implanté dans les vaccins a infecté des millions d'africains qui en ont "bénéficié". La suite appartient à l'histoire puisque ce virus est partout dans le monde, grâce aux élites comme Rockefeller qui n'en pouvait plus de voir la population mondiale croître. Qu'on le veuille ou non, le SIDA n'est pas la résultante du hasard, c'est une extermination programmée et à long terme de la population, et les instigateurs de cette opération sont très patients et ce sont toujours les mêmes, on les retrouve dans toutes les magouilles de la planète!
 
A ce jour, il n'existe toujours pas de traitement permettant l'éradication de ce virus, ou alors il est sous-clé quelque part dans un coffre-fort aux U.S.A., mais en attendant, on collecte de l'argent pour une cause largement perdue d'avance, on organise tous les ans la "Journée mondiale de la lutte contre le SIDA", des personnes sont rejetées à cause de l'immunodéficience...elle est où la lutte là-dedans? Ca se dégrade d'années et années et pendant ce temps, du fric se fait, des poches sont remplies et des personnes meurent, elle est belle la Modernité.
 
Je vous poste également cette interview du Dr. Etienne de Harven sur l'arnaque du SIDA, bon visionnage ;)
 
 
 
 
Sources:
 

mercredi 11 décembre 2013

Le Sénat a validé, comme un bon toutou, la loi sur la programmation militaire.

Il y a quelques jours, j'ai partagé une information capitale issue de l'excellent site La Quadrature du Net: la loi sur la programmation militaire 2014-2019. Elle était en pleine lecture pas plus tard qu'hier et je viens d'apprendre sur le site Korben.info que la loi a été validée par le Sénat, repère de brigands, de voleurs, de carriéristes, de planqués et de profiteurs.



Que va-t-il se passer maintenant? Une nouvelle autorité de régulation sera mise en place, exactement comme HADOPI: la CNCIS, ou Commission Nationale de Contrôle des Interceptions de Sécurité, sauf que les personnes qui composeront cette Commission ne plaisanteront pas. Pour faire la comparaison, HADOPI passerait presque pour un gentil...

La Commission, dont le président sera "bien évidemment" nommé par le Président de la Ripoux-blique française, sera indépendante de l'Etat français et donc du peuple. On devra, sans rien dire, laisser ces gens farfouiller nos données, sachant que cette autorité, contrairement à HADOPI, ne ciblera pas des particuliers, mais fera une collecte massive des informations sur le réseau! Tout sera intercepté, collecté et de tout endroit: F.A.I qui devront collaborer, les réseaux sociaux, les boîtes mails (et là il faudra que vous vous mettiez sérieusement au chiffrement des courriels..), etc.

Seuls des agents du ministère de la Défense, de l'Intérieur et des Finances, tous dirigés par des franc-maçons sionistes, pourront collecter vos données mais cela fait des agents de trop. D'autant plus que la CNCIS aura les pleins pouvoirs pour procéder à ces contrôles, puisque rien ni personne ne pourra contrôler les activités de cette Commission, ni même interrompre celles-ci... Le Président aura beau avoir le droit de nommer le chef de la CNCIS, c'est le seul rôle qu'il aura auprès de cette autorité, un peu comme le CSA.

Je ne m'étonne même pas tellement c'est gros comme une maison: l'affaire des écoutes de la NSA ont poussé les politicards à faire passer cette loi le plus discrètement possible, sans consulter le peuple et on vient après me parler d'une démocratie juste et impartiale? Ça me fait bien rire! Cette loi votée et approuvée par tout le monde en 4ème vitesse est la preuve du complot contre le peuple: tout ce que vous faites sur vos tablettes, smartphones, PC, Mac et même consoles sera analysé par une institution que l'Etat ne gère pas, c'est elle qui va gérer des agents de l'Etat, à l'image de l'U€ qui gère de manière indépendante ses nations!

Il n'y a plus que deux choses à faire: se soumettre à Big Brother ou alors se soulever et arrêter cette mascarade. Ne comptez même pas sur la Justice pour espérer quoique ce soit: les agents mandatés par le CNCIS n'auront même pas besoin d'une autorisation pour scruter vos activités, c'est trop facile sinon!

Sources:



 

mardi 10 décembre 2013

Godfrey Bloom, européduté anglais, prédit une insurrection au Parlement.

Les politiciens sont toujours les premiers à nous donner des leçons sur la manière de gérer notre argent, sur notre conduite à adopter, sur comment vivre. Mais ils sont les premiers à faire l'inverse de ce qu'ils disent et personne ne dit rien: peu ou pas d'impôts à payer, une retraite pépère après avoir passé des années à mentir au peuple; des avantages de fous et ils parlent de se serrer la ceinture? C'est abominable...Heureusement, certaines personnes qui côtoient ces hurluberlus leur rappellent la réalité et que le peuple, à force d'être pris pour un bétail docile, finira par couper des têtes.




C'est ce que prétend cet eurodéputé, Mr Godfrey Bloom, qui rappelle à l'ensemble de ses collègues que l'Union €uropéenne n'est qu'une fumisterie destinée à ruiner les petites gens pour enrichir grassement ceux qui sont à la tête de ce super-Etat européen. Pendant que nous payons toujours plus de taxes et d'impôts à longueur d'années, les élites travaillant à la Commission €uropéenne et au Parlement jouissent d'avantages de fous que l'on ne peut même pas imaginer.

Mr Bloom les liste brièvement: retraites non-imposables, plafond sur les plus grosses fortunes, pas d'impôts sur le revenu, j'ajouterai même que les députés touchent à chaque fin de journée de dur labeur une prime de présence de 300€...même si l'on ne vient que 3 minutes avant la fin de la journée! La classe moyenne touche des salaires de misère, il y a 10 millions de pauvres en France, et on nous explique qu'une personne comme Rachida Dati, se fait 300€ par jour de travail en plus de son salaire mirobolant même si elle ne vient qu'à trois minutes de la fin? Hé beh, ça doit être dur le boulot de député...

C'est ce qui permet à Mr Bloom de confronter ses collègues à la dure réalité: le peuple en a assez de tout ça, les €urosceptiques se font heureusement de plus en plus nombreux et il a le courage de dire que "Les gens vont venir vous pendre, et ils auront raison". Il a conscience de la situation insurrectionnelle, un jour viendra où le peuple européen ENTIER viendra faire justice eux-mêmes et des centaines de têtes vont tomber, en commençant par le sommet de la pyramide €uropéenne. Ce phénomène s'étendra à échelle mondiale, et là, je ne donne pas chère de la FED, de Wall Street tout entier, des dictateurs illégitimes africains qui permettent aux entreprises privées de piller les ressources, ça va exploser de partout et c'est ce qu'il faut!

dimanche 8 décembre 2013

Colonisation moderne de l'Afrique

L'Afrique, un continent qui regorge de tellement de ressources que l'on peut se demander s'ils ne réussiraient pas à se débrouiller mieux que l'Europe toute entière. Bien sûr que si, mais les colonisations multiples ont transformé ce continent si riche en décharge à ciel ouvert, et c'est loin d'être terminé! A tous les crédules qui pensent que les pays africains sont libres et indépendants, vous vous trompez lourdement: ces pays, dans leur quasi-totalité, sont encore sous influence coloniale, principalement britannique et française, enfin...de la part des entreprises privées étasuniennes, britanniques et françaises, comme on a pu vous le démontrer des centaines de fois quand la France est entrée "en guerre" au Mali, en Libye etc.




Ce dessin est à LUI SEUL la preuve que l'Afrique est toujours sous la domination occidentale, sauf que les forces d'occupation ne sont plus des armées coloniales, mais des entreprises majoritairement privées qui sont là pour pomper au maximum les ressources abondantes, comme le pétrole, le bauxite, le diamant, l'or ou encore l'uranium. 

Le nouveau gagnant du loto africain qui a le ticket pour laisser entrer la France est la République Centrafricaine, et quand on sait que ce pays regorge d'or, de diamants et d'autres pierres précieuses, on se dit que ce serait pas mal d'aller y faire un tour et d'implanter une belle usine du type "Areva" ou "Bouygues" pour extraire tout ça tranquillement, comme au Mali.

Et pour ceux qui pourraient se demander pourquoi les dirigeants ne font rien, je leur répondrai que ceux-ci sont parfaitement au courant de ces pillages intempestifs, pire: ils sont complices. D'après Sophie Coignard, dans le livre "Un Etat dans l'Etat", ainsi que de très nombreuses sources, la quasi-totalité des pays africains sont dirigés par des initiés à la franc-maçonnerie, aussi bien à la G.L.N.F. (Grande Loge Nationale Française) qu'au G.O.D.F. (Grand Orient de France)! Qu'est-ce que la Franc-Maçonnerie fait là-bas, si ce n'est pour exercer un contrôle total du continent aux milles saveurs minières? 

A noter qu'il est difficile pour les peuples africains de se révolter réellement, puisque les pays sont infiltrés à la fois par des agents de la C.I.A. qui ont un oeil sur tout ce qui se passe, mais aussi par des organisations pseudo-terroristes financés par les Etats-Unis (par la FED) pour faire peur aux habitants, ce qui provoquera à tous les coups une ingérence de la part des occidentaux pour soi-disant "lutter contre le terrorisme", comme ce fut le cas au Mali et comme ça sera le cas en Centrafrique ou chez le prochain gagnant du loto.

La décolonisation n'a jamais eu lieu, c'est clair et net, les pays sont dépouillés jusqu'au sang pour les seuls intérêts de la finance apatride et des multinationales, c'est donc ça la définition de la Démocratie et de la Modernité?

Sources:


 

jeudi 5 décembre 2013

Vers une surveillance généralisée d'Internet en France, ou un ACTA national?

Vous vous souvenez d'ACTA, le soi-disant Accord Commercial Anti-Contrefaçon? Que je résume: il s'agissait d'un traité international mis au goût du jour en 2008 grâce aux révélations de Wikileaks, qui prônait la lutte  contre la contrefaçon, la défense et le renforcement des copyrights, et qui punirait tout contrevenant sans forcément passer par la case "juge". Or, on a découvert avec le temps que la "lutte contre la contrefaçon" n'était qu'une façade car ACTA confèrerait plus de pouvoirs aux industriels privés comme la criminelle entreprise Monsanto,  la meutrière Big Pharma et surtout les grosses maisons d'éditions et de disques; en leur permettant de mettre la main sur le contrôle d'Internet, en surveillant tout ce qui s'y passe, en transformant les Fournisseurs d'Accès en véritables brigades "anti-contrefaçon" traquant les téléchargements illégaux, en faisant fi du principe fondamental de la Neutralité du Net, qui est sensée garantir l'anonymat des personnes surfant sur le Web. 

ACTA était mort en enterré en 2012 par le Parlement €uropéen qui a majoritairement voté "NON" à ce traité liberticide, au vu des multiples manifestations populaires dans tous les pays de l'U€. Il est intéressant de noter que plusieurs députés €uropéens français, comme Rachida Dati, avaient voté "OUI" avant de déclarer le contraire pour ne pas se faire pendre sur la place publique.




Alors quoi? On prend le cadavre et on recommence, façon Frankenstein! Je vous avais parlé du projet INDECT, qui avait pour but d'instaurer de façon accrue une vidéo-"protection" de tous les pays de l'Union €uropéenne, et du monde entier à terme, dans le but de lutter contre "le terrorisme" qui est quasiment inexistant. Et on apprend sur l'excellent site "La Quadrature du Net" qui avait autrefois lutté contre ACTA, que l'Assemblée Nationale française a voté en première lecture une loi permettant la surveillance d'Internet en France, encore sous le prétexte fallacieux de "prévenir la criminalité et garantir la sécurité des citoyens".

On se rappelle que Nicolas Sarközy de Nagy-Bocza voulait faire ça après l'affaire Mérah, le 11 Septembre français. Cette fois, c'est un projet d'essence militaire qui veut surveiller en temps réel et de capturer n'importe quel information de n'importe quel réseau et de n'importe quel citoyen, sans recourir à la Justice et sur simple demande écrite. Ce qui diffère d'ACTA (ou pas?), c'est que c'est pour le compte de différents ministères, ce qui ne changent a priori rien, puisque les ministres concernés sont presque tous franc-maçons et agissent toujours pour l'intérêt de privés.
Nous assistons donc, encore une fois, à la volonté de nos élites de contrôler nos moindres faits et gestes sur nos machines, puisque le contrôle d'Internet a toujours été l'une des plus grosses priorités de nos gouvernements qui se sont succédé.  On apprend déjà par Snowden que la National Security Agency (N.S.A.) nous espionne tranquillement alors que c'est une égence américaine, qu'ils se mêlent de leurs fesses...et quelques temps après, on apprend que le Parlement veut faire surveiller nos réseaux, encore une fois. Ce sont des gens qui ne savent pas ce qu'est Internet et son réel pouvoir, d'où leur envie farouche de se l'approprier, mais il en est hors de question, il faut que ce projet de loi soit rejeté en seconde lecture sinon, on peut dire adieu à nos libertés individuelles!

Source: La Quadrature du Net

mercredi 4 décembre 2013

L'Islande aide son peuple au lieu des banques!

Non content de faire l'affront de refuser l'Union €uropéenne, l'Islande étonne toujours avec une série de mesures financières destinées à renflouer...les islandais! En zone €uro, il est impensable qu'un Etat puisse aider le peuple financièrement, puisque l'excuse de la "dette" paralyse les gouvernements et les force à rembourser perpétuellement l'usure sur les multiples emprunts.




Quelques années après le refus des citoyens islandais de rembourser la dette publique, l'emprisonnement d'une partie des responsables de la faillite de quelques banques du pays, le nouveau gouvernement a fait quelque chose d'impossible chez nous: tenir une promesse capitale de campagne! On peut presque en avoir la larme à l'oeil! Les citoyens islandais avaient encore une lourde charge qui pesait sur eux: une dette issue des crédits immobiliers. En effet, en combinant l'importante inflation qui a frappé le pays ainsi que la dévaluation important de la couronne islandaise, les dettes immobilières sont devenues plus lourdes à assumer. 

L'une des promesses de campagne du gouvernement était d'alléger une grosse partie de ces dettes, et c'est ce qu'il fit en la diminuant de maximum 4 millions de couronnes, selon le montant emprunté, soit 24.400€ par tête islandaise! Ce qui est loin d'être anodin puisque la mesure, étalée sur quatre ans et coûtant 900 millions d'€uros, représente 9% du PIB du petit pays nordique, mettez ça à l'échelle de la France, ou mieux encore, des Etats-Unis, ce serait énorme! Une telle mesure est économiquement très bonne et saine pour les habitants qui bénéficieront d'un meilleur pouvoir d'achat, puisque partiellement lavés de ses dettes, mais celle-ci profitera également aux banques puisque les clients retrouveront le statut de "solvable", il n'y aura donc plus trop de manque à gagner pour les banques, aujourd'hui nationalisées depuis la faillite de celles-ci.

Surtout que l'Islande bénéficie d'un droit que les pays de l'U€ ne jouissent plus depuis un bon moment: le droit de battre monnaie. En effet, depuis la nationalisation de la Banque Centrale Islandaise, seul le gouvernement, et donc le peuple, qui a le droit de créer la monnaie s'ils veulent. S'il le souhaite, cette mesure peut être financée via leur Banque Centrale à taux nul et donc facilement remboursable pour limiter les risques d'inflation monétaire, par le biais de taxes ou d'impôts pour faire disparaître de la circulation l'argent créé, c'est à eux de voir et de profiter de ce droit inhérent au peuple!

Sources:


 

dimanche 1 décembre 2013

Les origines de la secte des Témoins de Jéhovah

Voici là encore une vidéo très très intéressante sur les origines des "Témoins de Jéhovah". Vous savez, ces personnes en costard-cravate généralement assez âgées qui viennent sonner à votre porte pour vous prévenir d'un quelconque Jugement Dernier, qui vous persuadent de l'existence de Dieu en vous donnant des prospectus et qui vous demandent de réfléchir avant un autre passage. Maintenant, ces témoins se font de plus en plus jeunes et s'habillent de manière quelconque, se fondant ainsi dans la masse, il est presque impossible de les discerner dans certaines villes. Mais comment cette organisation a-t-elle vu le jour et pourquoi? Ce mini-documentaire tend à vous apporter plusieurs réponses.




D'emblée, on vous apprend que ce sont les Rothschild, bien évidemment, qui seraient à l'origine du financement de la société WatchTower, fondée par Charles Taze Russell, franc-maçon Libre et Accepté revendiqué et fondateur du groupe des "Etudiants de la Bible". Cela fait un peu trop pour un simple fondateur d'une société

La dynastie Rothschild sont aussi ceux qui ont "acheté" les terres qui serviront plus tard, en 1947, à créer un Etat connu de tous et ce de manière illégitime: Israël. D'ailleurs, sachez que c'est James Armand de Rothschild qui a financé la construction de la Knesset, le Parlement de l'entité sioniste. Tous ces éléments font de la dynastie Rothschild les coupables clairs de la situation actuelle en Israël: les colonisations restées impunies, les massacres de palestiniens au nom du sionisme et j'en passe. Le tribunal de Kuala-Lumpur vient d'ailleurs de déclarer qu'Israël était coupable de crimes contre l'humanité, comme quoi, tous les Etats ne sont pas aveugles.

Charles Russell, colonisé par le sionisme et financé par la dynastie la plus riche du monde et qui possède énormément de Banques Centrales de par le monde, permit la création de la secte actuelle des "Témoins de Jéhovah", afin de servir les intérêts et les projets des Rothschild et du sionisme.

Pourquoi "secte"? C'est dans ce livre que sont décrites toutes les dérives de ce groupe ultra-grandissant et exceptionnellement riche, grâce à notamment l'argent ramassé et au financement de la société WatchTower, donc des Rothschild.

Ceci n'est que le chapitre 1 d'un long documentaire, mais il suffit à comprendre que la dynastie Rothschild sont au cœur de pratiquement tous les scandales et complots de l'ère moderne. Leur motivation n'est pas seulement financière puisqu'ils contrôlent la Finance mondiale , elle est également politico-religieuse et tout est vérifiable, plein de documents, comme celui révélé par un ancien "frère" du 33ème degré dans la vidéo.