Traduction

lundi 27 mai 2013

"Les secrets de la Réserve Fédérale" d'Eustace Mullins

Pour cet article, je vais vous parler d'un livre que j'ai lu il y a quelques mois maintenant, car il me paraissait bien curieux. Etant curieux sur les sujets concernant les banques et leurs stratégies de magouille, sa lecture était un passage obligé. Ce livre s'intitule "Les secrets de la Réserve Fédérale", édité par la maison "Le retour aux sources" en 2010 et écrit par Eustace Mullins, décédé la même année que la sortie française de son livre. 




Cet ouvrage présente une particularité unique: il est le seul livre brûlé en autodafé par décision de Justice en Europe après 1945. Pour ceux qui ne savent pas, un autodafé c'est l'espèce de gros feu de camp où les nazis faisaient brûler les livres qui ne collaient pas avec leurs "convictions" meurtrières. Et pour cause, ce livre est une très grosse enquête minutieuse sur la fameuse FED (FEDeral Reserve), sensée servir les intérêts des Etats-Unis, puisqu'elle est dépeinte comme étant leur "Banque centrale". 

Seulement voilà, cette enquête montre, témoignages et documents à l'appui, que cette banque n'est en rien fédérale et que par conséquent, elle n'appartient ni aux Etats-Unis, ni à son peuple, mais à des privés, les plus puissants du monde (pour ne pas changer). En outre, ce livre-enquête traite de différents points qui ont conduit à la création de la FED malgré le dégoût des Américains envers les banques centrales, mais aussi des différentes conséquences sur le monde après son ouverture et il donne aussi les noms de ses détracteurs et des rares personnes ayant été contre ce projet et pour vous donner l'eau à la bouche, voici quelques points-clés que cet ouvrage expose:

  1. La fameuse réunion secrète de Jekyll Island, où tous les commanditaires se rendaient  par train privé pour mettre en place le plan de la création de la Federal Reserve Bank, avec à la tête le sénateur Nelson Aldrich, pro-bankster et ancien chef de la Commission Nationale Monétaire. L'organisation de cette réunion a duré deux ans, juste après la fameuse panique bancaire de 1907 qui tombait à point nommé.
  2. La promulgation de la Federal Reserve Act en 1913, au moment des fêtes de Noël. Où comment placer un complice à la tête de l'Etat fédéral pour faire signer cette loi à tout prix. Woodrow Wilson endossa ce rôle et tout a été fait pour qu'il soit Président des Etats-Unis, la campagne ayant été manipulée pour y parvenir. Notons que la loi sur le Federel Reserve Act a été approuvée par le Congrès alors que les deux-tiers de celui-ci était en pleine période de fêtes, ce qui fait qu'il restait (comme par hasard) une grande majorité de pro-FED dans le Capitole.
  3. La mise en place des différentes composantes de la FED. Il faut savoir que non content d'être une institution privée, la FED n'est en rien une réserve car elle ne garde pas d'argent en son sein, ce n'est qu'une compilation d'organisations internes ordonnant la création de la monnaie, la gestion des flux monétaires. On y trouve en outre le "Comité Consultatif Fédéral", le fameux Board et un groupe constitué de plusieurs financiers de Wall Street, la fameuse rue du Veau d'Or (dieu Mammon). 
  4. Le lien qui unit la FED et les différentes banques privées américaines et européennes, dont la City de Londres, mouillée jusqu'au coup à l'élaboration de la Federal Reserve. Beaucoup de banques de Wall Street ne sont que des succursales d'autres grandes institutions financières londoniennes et européennes qui détiennent une grande partie des actions à la fois de la FED et de ses 12 banques (pour les ésotéristes, ça rappellera le fameux 13 représenté partout sur le billet de 1 dollar...imprimé par la FED). Le livre donnera d'ailleurs les noms des différents financiers et proches de la Couronne d'Angleterre ayant des liens avec la banque centrale américaine.
  5. Les différents crises suivant la création de la Réserve Fédérale. Et ce n'est en rien une coïncidence, puisque la FED a financé la Première Guerre Mondiale, ayant pour effet de la prolonger de deux ans. elle a en outre nourri les caisses des Etats belligérants originels, mais aussi financé l'entrée des Etats-Unis en guerre. Elle a également provoqué la "Crise Agricole" des années 20, en provoquant la faillite des petites coopératives bancaires créées spécialement pour les paysans et agriculteurs, c'est ce qui arrive aux banques refusant de se soumettre à la toute puissance de la FED. Celle-ci a aussi créé la "Grande Dépression", engendrée par une contraction et décontraction des crédits bancaires, stratégie préférée de la Banque. Mais le livre nous révèle assez succinctement que la FED a également financé la Seconde Guerre Mondiale, y compris le côté allemand, en prêtant entre autres beaucoup d'argent au petit parti qui aurait peiné sans elle: le DAP, ancêtre du très maudit parti nazi.

Et la FED n'a pas encore fini sa mission, puisqu'elle est également concernée dans la fameuse "crise" des subprimes de 2007-2008, c'est elle en outre qui est la principale créancière de la colossale dette américaine mais aussi d'une grosse partie de la dette des pays de l'Union €uropéenne. Par conséquent, elle est étroitement liée à la Troïka BC€-Commission €uropéenne-FMI pour s'assurer que les Etats-membres obéissent aveuglément aux directives imposés, comme l'austérité. 

Pour l'anecdote, elle a été nommée "Réserve Fédérale" tout simplement pour faire croire au peuple qu'elle lui appartient. En effet, le terme "Banque Centrale" n'aurait pas pu passer, suite aux échecs des deux premières banques centrales imposées par les "ascendants" des privés, seuls Thomas Jefferson et Andrew Jackson, respectivement 3ème et 7ème Présidents des Etats-Unis, osèrent faire front aux financiers en ne renouvellant pas les chartes des banques centrales en 1811 et en 1836.

mardi 21 mai 2013

CSA et riposte graduée: une note bientôt très salée.

La HADOPI, composante inutile et onéreuse mise en place sous le mandat du traître à la Nation Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, n'est plus. En effet, le rapport Lescure préconise sa suppression pure et simple et est en passe d'être validé et les effets qui en découlent seront bien plus graves qu'annoncés sur le papier:  certaines prérogatives de la HADOPI, comme la riposte graduée, ne disparaîtront pas avec la Haute-Autorité mais seront transférés au Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA).




Mais que fait ce fameux CSA à la base? Et bien il est un peu la HADOPI de l'audiovisuel, ce qui veut dire qu'il surveille et régule les contenus diffusés à la télévision et à la radio, sauf qu'à la différence de la Haute-Autorité, le CSA est une institution administrative indépendante de l'Etat, dont le président est pourtant nommé par le chef de la Nation française, parfait pour des chaînes de télé et stations de radio eux-mêmes majoritairement indépendants. C'est ce conseil qui décide quoi diffuser ou non sur les chaînes de télévision, du moins, il a un certain droit de regard sur les contenus de certaines chaînes.

Que se passera-t-il maintenant? Le CSA va pouvoir surveiller le trafic réseau, à l'instar de son prédécesseur, mais il ne recourra pas à la suspension de la ligne Internet d'un tiers puisque cette sanction sera supprimée par décret le mois prochain, mais il compte mettre en place un système d'amendes à payer sur place ou en différé au cas où les deux premiers avertissements (mail et courrier en recommandé) n'auraient pas raison du "pirate" et autant dire que les notes risqueraient d'être salées à long terme. On parle d'amendes débutant à 60€, somme qui pourraient passer à 1500€ comme pour le système actuel. Notre cher ami Lescure qualifie cette amende comme étant "dissuasive sans être confiscatoire", toujours le mot pour rire, en rajoutant que ça équivaut à un abonnement d'un an sur un service de streaming musical, donc, mes chers lecteurs: "Le piratage, c'est mal m'voyez...payez pour écouter, m'voyez...tout irait si mieux si vous coopériez, m'voyez..." On a le droit à une belle leçon de morale de la part de quelqu'un qui n'a pas la moindre idée de ce qu'est véritablement Internet. Oublie-t-il les différentes études dépendantes et indépendantes des autorités européennes prouvant que le piratage ne nuit pas aux industries de la musique et du cinéma et qu'au contraire, celles-ci voient leurs chiffres d'affaires augmenter. J'avais oublié que ces études étaient mises à mal par les "défenseurs du label", jugeant celles-ci ambiguës, incomplètes et contraires à leurs intérêts.

Ce fameux CSA aura donc la mainmise sur le contrôle "qualité" du trafic réseau, plus particulièrement du P2P (Peer-to-Peer), car rien ne précise si la portée de ces sanctions touchera également le Direct Download (téléchargement via HTTP) dans le futur. il aura réussi à avoir un peu de pouvoir sur Internet, pouvoir absolu qu'il convoite depuis très longtemps. Les F.A.I. devront signaler, comme pour HADOPI, certains débordements, sauf qu'il sera plus facile pour le CSA de sanctionner les contrevenants et cette fois-ci, plus question de faire appel à un juge car notre gentil petit Lescure dit qu'il ne s'agira que de "sanctions administratives", ou comment contourner les procédures habituelles obligatoires.

Personnellement, je croyais que seules les personnes assermentées (comme les policiers) étaient aptes à dresser des PV car il s'agit ni plus ni moins que de donner des procès verbaux aux "pirates", mais toujours est-il que cette passation de pouvoir n'est encore qu'une histoire d'argent et non pas dans le but de réprimer le téléchargement "illégal" comme ils disent. Ce qui me gêne le plus dans cette histoire, c'est que ce pouvoir passe d'une institution étatique et donc publique, payée auparavant par nos impôts, à une institution PRIVEE, qui ne rend donc aucun compte à la France, probablement payée par nos impôts aussi. Ça ne vous rappelle rien ? Pas le fait de donner le pouvoir de battre monnaies à des banksters privés, pouvoir appartenant de droit au peuple? Moi si et encore une fois, la France se couche, pantalon baissé, devant les grosses multinationales de la "Culture", devant toujours payer et devant toujours céder leur pouvoir d'être un Etat à des gens qui n'en ont rien à faire du sort du pays qu'ils occupent.




Je terminerai cet article par la définition réelle des mots "Contrefaçon" et "Vol", que les élites aiment utiliser à outrance pour défendre "leur lutte contre le piratage".

Contrefaçon: "Procédé illégal qui consiste à imiter un bien ou une idée"
Vol: "Soustraction frauduleuse du bien d'autrui".

Dans le cas d'un fichier sur Internet, on ne peut LÉGALEMENT pas parler d'une contrefaçon, car le fichier que vous téléchargez est rigoureusement identique à l'original copié sur le net. Et idem pour le vol, quand j'entends "Pirater c'est voler", là encore je dis non, puisque l'original n'est pas soustrait à quelqu'un, il l'a toujours. Mais comme chacun le sait, le sens des mots diffère selon les intérêts en jeu...

vendredi 17 mai 2013

L'humain et le consumérisme: l'exemple de Virgin Megastore.

Je tiens à apporter un petit ajout concernant mon article sur l'affaire P.S.G, je disais que c'était la preuve définitive que le genre humain était devenu abruti, mais encore une fois, ceux-ci nous montrent qu'ils sont capables de faire "pire" que déjà pire. J'aime lire les actualités de temps en temps sur le Net, je parle d'actualités intéressantes, le Festival de Cannes n'étant qu'une immense foire à légumes, et je tombe sur cet article du très bon site Rue89. et je ne peux me contenter de ma micro-critique de deux lignes sur Facebook. En gros, que s'est-il encore passé de grave dans la tête des hommes après le scandale du Trocadéro?




L'article de Rue89 nous relate la petite histoire d'un Virgin Megastore, en passe de fermer suite au dépôt de bilan de l'enseigne, qui a eu la superbe idée d'annoncer un rabais de 50% sur presque tous les articles du magasin, livres exclus. Quelques minutes ont suffit pour rameuter tous les gens du coin venus faire leurs emplettes, mais la situation rappelle les soldes à l'américaine: super-meute postée devant les portes, tentant même de les forcer, pour chiper tout ce qui est à portée de main. Pensez vous, -50% ça ne refuse pas.

Mais était-il vraiment nécessaire à ces animaux-là de se comporter comme des bêtes sauvages ayant chopé la rage? Où va-t-on sérieusement? Même les gladiateurs du temps de César étaient plus civilisés que ça! Des bandes de contaminés à la "28 jours plus tard"* qui se ruent vers les précieux articles, surtout High Tech (tiens tiens...) pour assouvir leur soif de consommation, mais aussi pour s'enrichir via les sites de vente en ligne (et c'est vrai, un inutile iPad à 600€ se vend très bien, tout comme une PS3 à 250-300€). En échange du peu d'humanité et de dignité qu'il restait chez ces personnes, celles-ci se donnaient une chance de remplir leurs comptes bancaires, on parle quand-même de personnes blessées dans ce ramdam, de membres du personnel humiliés, rabaissés plus bas que terre, déjà au bord du chômage, "On rachète vos indemnités" dira un de ces clients enragés, mais ça se dit ce genre de choses? 

Compassion, dignité, humanité, décence, ces qualificatifs ne désignent désormais plus le genre humain moderne, que l'on présente comme l'exemple à suivre. Je n'ose pas imaginer les émeutes à échelle nationale si tous les Megastore de France avaient pratiqué ce rabais au même moment, là on aurait parlé de fin du monde. 

Le culte de l'objet, de la consommation et de Mammon (le veau d'or, le culte de l'argent donc) a fait de l'être humain une race à l'intelligence quasi-nulle. Il ose encore se prétendre supérieur au chat, au chien, voire au poisson rouge, mais je n'ai jamais vu un chien se comporter comme ça, même pour steak saignant. L'homme est prêt à réduire à néant un de ses semblables pour un DVD, imaginez la chose! Comment réagiriez-vous si votre voisin vous frappait dans un magasin FNAC juste pour avoir le dernier câble HDMI disponible? C'est exactement ce qui s'est passé dans ce Virgin mais à plus grande ampleur, dans l'unique but de se faire du fric, les élites ont définitivement réussi un de leurs objectifs: faire passer l'argent au dessus de l'homme, faire raisonner celui-ci en tant qu'individu, et non en tant qu'espèce, ça donne vraiment envie de sortir de chez soi! Il y a trop à dire là-dessus, mais je pense avoir touché à l'essentiel.

*Le film "28 jours plus tard" met en scène un virus, "La Fureur", qui se propage via le sang et la salive et transforme les individus contaminés en monstres assoiffés de sang et de chair. Très bon film au passage, suivie de "28 semaines plus tard" et peut-être d'un troisième volet: "28 mois plus tard". La description faite dans l'article de Rue89 est étonnamment similaire au comportement des "contaminés" du film. 

mercredi 15 mai 2013

L'affaire P.S.G, preuve de l'abrutissement de l'être humain.

Après deux longs mois d'absence sur le blog, pas mal d'événements se sont produits. De l'adoption de la loi sur le "Mariage pour tous", satisfaisant 0.5% de la communauté homosexuelle, à la fête ratée du Paris Saint-Germain suite à son troisième sacre en France (j'imagine pas le dixième...) finissant dans la débâcle la plus totale et l'horreur quasi-absolue, montrant une fois pour toute l'intelligence très limitée de certains supporteurs, comment ne pas nourrir un dégoût contre ces gens-là? N'ont-ils rien d'autre à faire dans leur vie que de pourrir l'image de la France? Je crois que non.




Le 12 Mai 2013, le Paris Saint-Germain, ou Qatar-SG pour ceux qui, comme moi, le dénomment ainsi, remporte son troisième titre en Ligue 1, ce qui est peu pour un club de la capitale. L'euphorie est grande, les supporteurs contents, les dirigeants ravis, les joueurs s'extasient, on peut facilement en déduire que la fête prévue allait être mémorable.

Ah ça pour être mémorable, elle le sera et tout le monde s'en souviendra! Des milliers de supporteurs attendaient la fête pendant des heures et n'en auront profité que pendant quelques minutes, puisque l'événement de l'année se transformera en bagarre générale, atteignant rapidement son paroxysme: des centaines de casseurs, habillés aux couleurs du PSG, bazardent la place Trocadéro, agressent des gens, défient les forces de l'ordre, poussent d'autres gens à s'abriter loin du conflit, brûlent des voitures...Bref, le cocktail parfait qui rappelle vaguement l'élection du candidat hongrois Nicolas Sarközy de Nagy-Bocza en 2007.

Là encore, plusieurs zones d'ombres, et comme vous le savez, j'aime m'arrêter sur ce qui ne va pas. D'abord, les camions de CRS qui s'en allaient au bout d'un certain temps alors que le conflit était loin d'être maîtrisé, depuis quand les flics se permettent-ils de remballer si rien n'a été résolu? QUAND? Par contre, pour "neutraliser" des gens n'ayant rien à voir avec la bagarre générale, ils sont là à 10 contre 1, mais quand il s'agit d'arrêter un maximum de vandales, il n'y a plus personne. 

Ils disent avoir procédé à une quarantaine d'interpellations, ce qui me semble très peu par rapport aux dégâts occasionnés. L'explication la plus acceptée de tous est le manque évident de policiers sur la place. Non sérieux? Pourquoi certains fourgons ont filé à l'anglaise alors? La place Trocadéro, ce n'est pas rien quand-même, et notre cher duo composé de notre Ministre de l'Intérieur sioniste Manuel Valls et le préfet de Police  de Paris, Bernard Boucault, n'ont pas pensé à "sur-sécuriser" la zone? Je crois me souvenir qu'à la grande parade de Manchester United, il y avait un policier presque tous les 5 mètres! Et aucun débordement, aucune rixe, aucun dégât! Pourtant, il y a les pro-Manchester City à côté et les supporteurs anglais sont réputés pour être des fanatiques de leurs clubs, là rien.

Des indices auraient pu mettre la puce à l'oreille des responsables de la Police: il suffit de ressortir des archives de cette année les différents débordements des supporteurs parisiens, ça a fleuri comme les jardins de tulipes à Amsterdam en plein printemps! On parle beaucoup des supporteurs corses, mais là, les responsables de ce désastre ont définitivement sali l'image de la capitale de la France, et de la Nation elle-même. On accuse les "ultras" du PSG, dont certains d'entre eux ont des antécédents plus qu'éloquents, mais ils ne sont pas responsables de toute cette folie, on accuse les Qataris, clamant que le conflit est "franco-français", alors qu'il est évident qu'ils ont leur part de responsabilité, on accuse tous le coup en fait. Il aurait pourtant suffit à tout ce petit monde de se contenter de leur "Parc des Princes" voire même du Stade de France, largement plus grand, et très bien sécurisé. D'ailleurs un stade qui est presque plus sécurisé que ne l'était la place Trocadéro, c'est un comble! 

On aurait pu éviter ce scandale, ou du moins l'endiguer, mais encore une fois, cette affaire prouve que l'être humain est de plus en plus abruti au fil du temps. Qu'est-ce que ça leur a apporté à toute cette bande de vandales décérébrés, mis à part de l'argent et une certaine "réputation"? Une bande a quand-même dévalisé un car de touristes en masse! Mais ce n'est que du foot, un simple sport où on tape dans une balle! Qu'est-ce qui ne va pas chez vous? Quand il s'agit de se soulever contre un gouvernement constitué de véreux comme Cahuzac, Fabius ou autres Moscovici, il n'y a personne, mais quand il s'agit du sport le plus sur-payé au monde, là, les rues sont remplies et un air de bataille se fait sentir! La combinaison Télé-Foot-Business a réussi à s'emparer du cerveau de certains de nos citoyens et c'est fort regrettable, les élites font mine d'être désolés, assis dans leurs bureaux tapissés de tableaux à 40.000€ / pièce, mais ils doivent bien rire avec leur verre de Mouton-Rothschild à la main.